Félicitation à Ada et Nath

Depuis la diffusion d'une vidéo montrant un homme faisant de la lumière avec ses mains se faire tuer par un autre avec un poignard, le monde s'interroge. Existe-t-il autre chose que des hommes sur terre ?
 

 

 Une rencontre surprenante ... (Ft Nolen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité
Posté le Mar 17 Juil - 23:48

Une rencontre surprenante...

Nolen & Maeve

Le réveil sonna ... Un bruit strident... Je m'étirais avec douleurs, je pensais déjà à la journée de cours qui m'attendait.. La pire de toutes. Je n'avais que ce prof assommant pendant la matinée et devinez qui j'avais en cours l'après-midi ? Le même ! Je ne pouvais supporter sa manière arrogante de tout savoir mieux que les autres. Il était insupportable. Même lorsqu'il faisait des erreurs, il avait raison. Parfois, j'avais envie de lui jeter, son fameux livre de cours, écrit par lui-même bien sûr, à la figure. Mais avec la chance que j'avais, je risquais de blesser quelqu'un. Le sport et encore moins le tir ne sont pas mon fort.

Je me laissais donc péniblement traîner jusqu'à la salle de bain. Lorsque l'eau sortit de la poire de douche et qu'elle tomba sur moi, je poussais un petit cri et me rendis compte que j'avais malheureusement plus d'eau chaude. Super la coloc'. Je fis donc au plus vite pour me débarbouiller et sortis presque en claquant des dents. Cette journée allait vraiment être naze. Un jean slim enfilé, je partis à la recherche de mon top gris. J'étais à moitié en sous-vêtement quand un texto m'arriva. Mon amie Jessie m'attendait déjà en bas. Je trouvais finalement ce fameux top sous une pile de croquis. Une fois enfilé lui aussi, je fis mon sac en quatrième vitesse, attrapa au vol ma veste kaki et partie rapidement rejoindre mon amie et collègue de classe. Nous rigolions sur la route. Elle me disait qu'elle savait d'ors et déjà qu'elle allait s'endormir. Il fallait dire qu'avec ce "super prof" on avait peu de chance d'échapper au café à la pause. Je n'aimais pas sa manière de voir les choses, mais cette matière était importante pour nous.

Une fois arrivées devant l'université, les discussions étaient toujours et encore basées sur cette fichue vidéo. Je n'aimais pas particulièrement prendre part à ces discussions. Mon esprit de logique m'avait toujours interdit de croire que ces "créatures" existaient, pour moi fantômes, sorciers, vampires et autres créatures fantastiques étaient bonnes pour le folklore local. Étant irlandaise, il y en avait des histoires à dormir debout. Mais visiblement ici tout le monde y croyait. Nous passions devant eux et Jessie me questionna: "Tu y crois toi ?". Je la regardais un peu étonner qu'elle me demande ça. Depuis le temps que je lui disais que non, elle devrait le savoir. Je haussais les épaules. Il est vrai que j'avais pas mal regarder la vidéo et un peu fouillé, il y avait même un trumblr qui parlait de ça. On ne pouvait pas savoir si les acteurs jouaient vraiment bien ou si c'était vrai, en scrutant la vidéo dans les yeux de celui qui lançait "l'éclair" on pouvait voir ses sentiments et ça je ne pouvais dire si c'était un jeu d'acteur, un très bon jeu d'acteur, ou la réalité.

La matinée fût interminable, et l'après-midi prit le même trajet. J'avais hâte à la fin de cette fichue journée. Avec Jessie et la bande, nous avions décidé de manger en ville. Et par la suite d'aller boire un verre. Lorsque l'heure fut avancée, je préférais rentrer à la coloc'. Aucun de mes camardes de classe en faisait parti, et eux voulaient rester pour continuer cette soirée. Je fis une bise à Jessie et lui assura que je rentrais directement et que bien sûr, je lui enverrais un message dès mon arrivée. Mon sac sur mon épaule, je marchais dans les rues de la ville. Le temps était bon. Pas de pluie, pas trop de vent ni froid. J'avais relevé mes cheveux au cours de la journée et un crayon les maintenait en place. Je me suis alors soudain demander si cette vidéo pouvait être vraiment réelle et si mon monde bien construit où toutes ses croyances n'étaient que des mythes était en fait un mensonge à moi-même pour ne pas avoir peur de l'inconnu. Un bruit me fit sursauter...

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 03/07/2018
Messages : 310
Posté le Mer 18 Juil - 0:30
Lorsqu’une mauvaise nouvelle tombait, lorsque l’ombre de la tristesse ne faisait que menacer, il fallait réagir rapidement. Yerathel s’efforçait en tout cas de vivre selon ce crédo. Sa vie avait été faite de bien assez de souffrances comme ça. Hors de question qu’il laisse ce nouveau chapitre s’écrire à l’encre noire. Alors, dès l’instant où il s’était retrouvé seul, dès l’instant où Thomas avait quitté son appartement, il avait redoublé d’efforts pour chasser au loin les pensées les plus sombres qui attendaient sagement leur heure dans un coin de son crâne. L’un de ses artistes se révélait finalement partager son plus lourd secret. Très bien, et alors ? Il ne l’avait certes pas pris avec autant de désinvolture sur le moment, mais maintenant qu’il était seul… Il le fallait absolument. Heureuse, la fatigue accumulée par la longue nuit qu’il avait passé avec le jeune homme l’avait tenu au lit presque toute la journée. Et quand il s’était enfin réveillé, revigoré, le jour s’assombrissait déjà considérablement. Tant mieux, au moins n’avait-il pas eu à supporter plusieurs heures en tête à tête avec ses démons. Oh, bien sûr, il y avait eu de nombreux cauchemars, des souvenirs déformés de son passé, pour le tenir en haleine même dans l’inconscience. Mais il ne pouvait rien faire contre cela.

Après deux tasses de café bien méritées, l’homme s’était donc préparé. Sa routine quotidienne lui apportait un certain réconfort. À mesure qu’il cachait ses failles et ses peurs sous le maquillage et les couches de vêtements, il oubliait pour de bon ce triste et pauvre Yerathel et s’offrait la vie toujours joyeuse et bien remplie de son alter-ego. Cela lui prenait généralement une heure, mais aujourd’hui, il s’en offrit deux, à l’issue desquelles il retrouva quelques uns de ses “amis” dans le quartier du Castro. L’animation là-bas le rassurait aussi. Ce n’était que bruits, rires, lumières et sourires. Exactement ce qu’il lui fallait pour s’assurer une bonne soirée et une nuit d’inconscience ensuite. Peut-être même qu’il trouverait un magnifique petit encas à se mettre sous la dent pour ne pas être obligé de dormir seul. Probablement pas. Il se disait cela tous les soirs et il rentrait pourtant toujours seul. Mais si ça l’aidait à se sentir mieux de se mentir ainsi, qui allait le juger ?

La première heure ne fut pas exactement comme il l’avait espéré : le bruit était au rendez-vous, mais il n'arrivait pas vraiment à se sortir Thomas de la tête et encore moins tout le reste. Il avala bien quelques cocktails, mais leur goût ne lui apportait aucun plaisir, ses amis non plus. Rapidement, le bar dans lequel ils avaient trouvé refuge ce soir-là l’ennuya. Ils y venaient sans arrêt, après tout et ce soir, Nolen exigeait un peu de nouveauté. Alors, les cinq compagnons retrouvèrent les rues du Castro qu’ils arpentèrent bruyamment à la recherche d’un endroit où ils n’auraient pas mis les pieds depuis un moment. Yerathel n'arrivait pas bien à se sortir de sa morosité. Il lui fallait quelque chose de nouveau, quelque chose d'excitant et d'inattendu, mais tout ce qui passait sous ses yeux disparaissait aussitôt de son esprit. Il était agacé aussi et sur les nerfs. Il le réalisa quand un appel sur son smartphone le poussa à s’éloigner du groupe pour entendre son interlocuteur. Il écouta vaguement la conversation, ne répondit que par quelques mots d'une syllabe ou deux grand maximum et quand il tenta de retourner vers ses amis qui continuaient de discuter un peu plus fort qu’il n’aurait fallu... Il ne fit pas plus de trois ou quatre pas avant de rencontrer un cycliste qui manqua de le jeter à terre. L’homme sur son vélo lui lança quelques mots peu sympathiques, auxquels il répondit avec tout autant de cœur, ce qui ne lui ressemblait vraiment pas. Le temps qu’il reporte son attention sur les alentours, ses amis n’étaient plus visibles nul part et il ne restait qu’une jolie rouquine à l’air complètement perdue au milieu de la voie. La colère le traversa rapidement. Peut-être qu'il valait mieux qu'il rentre, après tout.

Son regard se reposa sur la jeune femme qui se trouvait seule, elle aussi. Peut-être que les cocktails qu'il avait ingurgité ne lui avaient pas plu, mais ils avaient fait leur effet quand même. Car au lieu de passer son chemin comme il aurait dû le faire, il s’approcha d’elle avant de réaliser vraiment ce qu’il faisait. “Perdue, ma jolie ?” demanda-t-il joyeusement. C'était le genre d'approche relativement étrange, un peu hasardeuse, dont il avait le secret. Comme ça qu'il s'était fait la plupart des amis qu'il fréquentait encore aujourd'hui, en fait. Il ne craignait pas trop de l’effrayer et de se retrouver dans une situation pour le moins gênante. Ils étaient en plein milieu du quartier le plus gay de San Francisco et il ressemblait à tout sauf à un hétéro mal intentionné. Même un petit bout de femme dans son genre devait s’imaginer s’en sortir facilement contre lui et surtout se persuader plus facilement encore qu’il lui manquerait un petit quelque chose dans le pantalon pour l’intéresser. Il perçut son inquiétude assez rapidement et se força à se redonner une contenance. “Tout va bien ?” s’enquit-il gentiment. “Vous avez besoin d’aide ?” Il observa les alentours, la rue relativement calme pour une soirée à San Francisco, les quelques passants tous occupés dans leur coin. À première vue, il ne trouvait rien qui ait de quoi inquiéter une jeune femme esseulée, mais on n’était jamais trop prudent, n’est-ce pas ?

_________________
avatar
Invité
Invité
Posté le Jeu 19 Juil - 22:07
Maeve O'Connell a écrit:

Une rencontre surprenante...

Nolen & Maeve

Je n’aimais pas ce genre de ragots.. Les rumeurs et tout ce qui allait de paire avec, la plupart du temps d'une chose nous arrivions à la fin du monde très proche, ou à l'arrivée sur terre des extraterrestres. Pour moi, rien n’était prouvé tant que je ne l’avais pas vu de mes propres yeux. C’était une vérité bien trop grosse pour ne pas en avoir la preuve devant soi avant d’y croire. J’en avais eu assez d’être à table avec eux. Le sujet ne changeait pas et parler de cette vidéo cinq minutes était supportable, mais par la suite cela devenait soûlant. De plus, les dires et les on-dit n’étaient pas dans mes priorités aujourd’hui. La fatigue des cours hypnotiques de ce satané prof m'avait mis la tête à l'envers. J’avais envie de rentré et peut-être en chemin de découvrir ce qu’il se passait mais avant tout de pouvoir aller enfiler mes chaussons et me caler devant un bon film, car cette journée était décidément interminable.

Inconsciemment au fil de mes pas et de mes pensées, je fis quand même un détour surement pour essayer de voir si par hasard les dires de certains étaient vrais. « Les rues sont moins sûres.. », « Jack a croisé un type bizarre, il avait des yeux jaunes l’autre jour… », « Il parait qu’il apparaisse à la même heure au même endroit ».. Mais bien sûr, on croirait presque les contes et légendes d'autrefois que me racontait ma grand-mère en Irlande. Le pire, c'est que tout cela leur montait au cerveau, on aurait dit des furies tellement ils en parlaient avec ardeur au bar tout à l'heure. Mais par curiosité, sûrement malsaine, je m’aventurais un peu ce soir. Au final je n'avais qu’une crainte, que ce monde dans lequel j’avais grandis, dans lequel j'avais mes certitudes devienne diffèrent et me fasse perdre pied. Je détestais le changement et j’avais peur de ce que je pouvais découvrir. Et si plus personne n’était en sécurité . J'avais besoin de contrôler ma vie et ce qui m'entourait. Peut-être même que les aliens existent.. Enfin, je n'irais pas jusque-là..

« Perdue ma jolie?» Je sursautais en entendant une voix. Il s’adressait à moi. Je marchais , j’étais dans mes pensées à réfléchir à toutes ses sornettes , trop étourdie pour avoir remarqué que la rue s’était vidé. Devant moi se trouvait un homme habillé de manière extravagante mais très élégante se tenait devant moi. L’homme était d’une beauté très originale. On ne pouvait pas dire qu’il était le top des magasines de sport avec des hommes torse nu et avec des tas d’abdos. Mais son élégance et son attitude le rendaient beau. Nous étions presque seuls dans cette rue, je n’avais pas remarqué que les gens commençaient à rentrer chez eux et je ne savais même pas l’heure qu’il était. Bien sûr, vu sa tenue, je ne doutais pas que j’étais loin d’intéresser un homme comme lui. Il n’allait rien m’arriver. Il aurait plutôt eu tendance à feuilleter les magasines avec ses photos d’abdos avec moi. Mais je devais avouer que sa présence en ce moment dans cette rue qui commençait à se faire déserte et sombre était plus que rassurante. « J’ai du m’éloigner un peu trop de mon chemin initial.. » J’étais un peu surprise par ma voix se fit basse comme si j’avais peur qu’elle ne résonne dans ce vide créer par la foule disparue. D’ailleurs qu’est-ce que je fabriquais ici ? Seule ? Et si cela avait été le type de la vidéo ? .. «  Tout va bien ? » Me demanda-t-il. Je me mis à regarder autour de moi et à réalisé que même si j’avais du mal à croire à ses rumeurs, j’avais peur même si le mot était un peu fort cette sensation qui était survenue était bien de la peur. « Oui.. Enfin, je ne sais pas.. » Murmurais-je.. Il me demanda si j’avais besoin d’aide. Surement, enfin juste pour être rassurée une compagnie, mais en voyant mes mains trembler, je les enfonçai dans les poches de ma veste. « Merci, je pense que j’ai juste besoin d’un verre pour me détendre. » . L'alcool n'était peut-être pas recommandé mais j'avais besoin d'arrêter de réfléchir.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 03/07/2018
Messages : 310
Posté le Sam 21 Juil - 0:22
Un froncement de sourcils accueillit la réponse de la jeune femme. Pas tellement à cause de ses mots, mais plutôt à cause des sentiments qu’elle renvoyait et que Yerathel percevait grâce à son don d’empathie. Il regarda encore autour d’eux pour s’assurer qu’il n’y ait rien d’étrange, mais il ne voyait pas quoi que ce soit qui serait susceptible de l’inquiéter. D’un autre côté, il connaissait bien ce quartier et il était rarement inquiet pour des choses aussi triviales que le reste du monde. Et malgré cette façon d’expérimenter le monde légèrement égocentrique, l'homme se sentit quand même mal pour cette petite rouquine qui lui semblait complètement perdue et pas très certaine de ce qu’elle faisait là. Ce don d’empathie posait quelques problèmes pour cette raison précise : difficile d’agir comme un vrai enfoiré quand on ne pouvait ignorer les sentiments de chaque personne qu’on avait le malheur d’approcher. La jolie rouquine à l’air hagard annonça finalement qu’elle avait besoin d’un verre et les traits tirés de Yerathel se détendirent immédiatement afin de laisser s’afficher un grand sourire sur ses lèvres. “Offrir des verres aux âmes perdues, c’est justement ma spécialité !” s’exclama-t-il en ouvrant les bras comme s’il cherchait à vendre quelque chose. Ce qui était un peu le cas, dans le fond. Après tout, ses chers amis l’avaient abandonné sur place sans chercher plus loin et comme il se voyait assez mal aller si rapidement ramper aux pieds de Thomas et encore moins rentrer chez lui dès maintenant… Il fallait bien qu’il trouve une autre occupation, n’est-ce pas ?

“Est-ce que je peux vous inviter ?” demanda-t-il un peu plus clairement. Il se permit de jeter un autre regard sur les alentours et s’assura une nouvelle fois qu’il n’y avait rien de louche, ni que ses compagnons de soirées n’avaient réapparu. Quant à elle, visiblement elle était seule, mais il n’excluait pas l’idée que des personnes un peu plus loyales que ses propres fréquentations ne l’attendent quelque part. “Enfin, sauf si vous souhaitez rejoindre vos amis.” souffla-t-il en reportant son attention sur elle. “Je comprendrais parfaitement et je me contenterais de vous indiquer la route, si tel est le cas.” Un nouveau sourire fut adressé à la jeune femme, bien plus doux cette fois. Il savait que sa joie de vivre et sa facilité à aborder les autres - surtout les inconnus, d’ailleurs - n’étaient pas forcément évidentes pour tout le monde. Et qu’il passait parfois pour un fou, s’il tentait sa chance avec des timides ou des gens sobres. Elle lui donnait l’impression d’être les deux. “En passant, je manque à tous mes devoirs, désolé. Je suis Nolen.” Il tendit une main vers elle sans perdre de son air enjoué. Au pire, elle allait prendre la fuite et peut-être qu’il irait finalement rendre une petite visite surprise à son pianiste. Ou qu’il se contenterait de lui envoyer un message et de le laisser l’inviter, juste pour voir.

_________________
Posté le
The other side :: San Francisco :: DowntownPage 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une légende amérindienne surprenante...
» Une invitation... surprenante [PV. Moran & Alexandre] TERMINE
» [Meaux] La plus surprenante des évasions ...
» Vie tant attendue et à la fois Vie si surprenante... [PV Lunaire, Grise, Star, Sud & Opale]
» Les retrouvailles un peu...surprenante ! pv Foudre
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum