Félicitation à Ada et Nath

Depuis la diffusion d'une vidéo montrant un homme faisant de la lumière avec ses mains se faire tuer par un autre avec un poignard, le monde s'interroge. Existe-t-il autre chose que des hommes sur terre ?
 

 

 Criminal Minds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 17/07/2018
Messages : 115
Posté le Mer 18 Juil - 21:33
J’avais complément oublié que maman avait sa soirée traque des orbes stellaires spirituelles parce que je venus était je sais plus où et que c’était un alignement je sais plus quoi ce soir. Vu que Mamie est a son voyage de vieux pour le week end a visiter de je ne sais quel programme de vente forcée d’appartements en sharing truc mais avec buffet a volonté, je me retrouve tout seul comme un con pour la soirée. Enfin ce qu’il en reste, car je viens de finir mon service et rentre mollement chez moi. Pédaler comme un malade jusqu'à 1h du mat pour apporter les pizzas a temps m’épuise.

Comme d’hab c’est le bordel dans ma rue. Quand maman m’avait dit que mamie habitait dans un quartier appeler Bayview, je sais pas ce que je m’etais imaginé… mais clairement pas ça. Franchement, c’est la zone. En plus, mamie est dans un logement « sociale » ce qui sous-entend que nos voisins sont à la hauteur du décorum. La cornouille me manque bordel.

Je prends mon vélo sous le bras, le laisser dehors ça serait ne jamais le revoir. Durant mon ascension j’entends nos voisins du dessous se hurler dessus, comme a l’habitude.

« Chéri va te laver ça commence à sentir le divorce dans toute la maison. Montre un peu l’exemple à notre fils !!! Comment ça mon fils ?? NOTRE fils oui, car que tu le veuilles ou non tu as une part de responsabilité dans sa présence dans notre salon. Mais c’est vrai que tu avais plus de couilles quand il a fallu le faire que pour m’aider pour l’éduquer.  Je peux savoir pourquoi tu as acheté une tondeuse à 800 dollars ??? Parce qu’elle tond toute seule ??? Et bien moi aussi je fais tout toute seule dans cette maison et je ne me souviens pas que tu ne m’aies jamais donné 800 dollars !! A ce prix-là j’espère qu’il y a une option pour te ranger tes slips ! Je pense d’ailleurs que je vais aller dormir avec ta tondeuse parce qu’a ce prix-là je suis sure qu’elle va savoir me faire des choses beaucoup mieux que toi et qu’elle ne s’endort pas après 5 minutes !!! »

La vraie question est pourquoi il a acheté une tondeuse alors qu’ils ont pas de jardin. Mais bon, au moins, ca vaut une TV. Et comme ma mère est contre la télé, que ma grand-mère ne voit pas l’intérêt de cette lucarne et que nos finances ne nous permettent pas d’en avoir une, on se contente de ce qu’on a… c’est-à-dire l’animation voisin.

J’arrive a notre palier et me fige le vélo sur le dos. Les néons ne s’allument pas. Je vais pas me dire que je suis du genre pétochard mais là, y’a un truc au fond de mon bide qui me hurle de prendre la fuite.  Il y a pas de bruit aussi… pour une fois, pas de clebs qui hurlent ni de voisin qui braillent. J’avance avec précaution quand je remarque que la porte de chez nous est entrouverte. Machinalement je prends mon GSM sauf que je ne connais même pas le numéro d’urgence dans ce pays de merde. C’est pas le 999 comme en Angleterre ? Je me sens seul comme jamais.

C’est le bordel chez nous, pas genre, on n’a pas rangé, mais plus on a tout retourné. Je pousse du pied une des gousses d’ails protectrices de maman qui a pas bien fait son taff.

« Maman… ? »


Impression ? Intuition ? Juste grosse frousse… je ne saurais le dire mais j’ai le sentiment que quelque chose, dans l’appart s’est figé au son de ma voix et attend. Je me sens observé et en danger. Je reste immobile puis, mes yeux se pose sur un des chats de mamies, éventré au sol… je n’en attends pas plus pour balancer mon vélo dans la porte et me barrer en courant. Je me pensais épuisé, mais visiblement, pas assez pour fuir a toutes jambes.

Il y a du bruit derrière moi. Un voisin curieux, le type de l’appart qui me poursuit, je crois que j’ai pas envie d’attendre pour savoir, je cours sans m’arrêter et je me planque derrière une poubelle a plusieurs rues d’ici. D’une main tremblante, je sors la carte d’un de mes clients. Il me l’avait donné en car de soucis. On a pas beaucoup parlé, je suis toujours pressé, mais il m’a dit être dans la police et il avait l’air cool. De toute façon j’ai personne d’autre là.

Il décroche vite malgré l’heure plus que tardive, je ne lui laisse pas le temps de dire allo.

« M’sieur Hewitt, c’est le livreur de pizza... Gwendal…  je… y’a quelqu’un chez moi… il… je crois qu’il me court après… je sais pas quoi faire… il a tué le chat… j’ai.. je sais pas qui appeler… j’ai besoin d’aide.. j’ai peur.»


Je tremble tellement que j’ai l’impression de pas être cohérent et de parler a toute vitesse.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 13/07/2018
Messages : 59
Posté le Ven 20 Juil - 13:51


Le chef veut que je prenne un peu de repos. Selon lui, je travaille trop et je vais finir par m’épuiser… Il me prend pour un de ces bleus à peine sorti de l’école ? Sans déconner… Je vais faire quoi encore ?! La dernière fois, j’ai juste picolé et retourné l’appartement en voulant chasser une foutue mouche. J’étais à deux doigts de sortir le flingue pour l’avoir… Je soupire et me lève de ma chaise après avoir éteint l’ordinateur me servant aux rapports. J’attrape ma veste en cuir. Il fait trop chaud pour la mettre. Je la jette par-dessus mon épaule, la tenant d’un doigt. En revanche, ma casquette trouve sa voie directement sur mon crâne.

Je sors du poste et rejoint ma tire. Je cherche les clefs de cette dernière en palpant mes poches et en jurant comme un charretier. “ Bordel de merde de… Elles sont où, putain ?! ” Et merde… Dans la veste. Je les entends s’entrechoquer. Je les attrape, lorsque mon téléphone sonne en même temps. Je ne comprends rien à ce que me raconte ce gamin, mais bordel, faut qu’il apprenne à respirer. “ Calme toi, petit! Je ne comprends rien à ce que tu racontes… ” Mais rien n’y fait, c’est un débit continue d’hésitations et d’incompréhension. Je pige juste qu’il y a quelqu’un chez lui. “ Mets-toi à l’abri, j’arrive, gamin ! ” Je saisis malgré tout l’urgence de la chose. Je raccroche et monte au volant.

Je démarre ma bonne vieille tire et la sort de sa place en tamponnant la caisse derrière la mienne. Il a n’avait qu’à pas se serrer autant. Je n’ai pas le temps. Je roule à tombeaux ouverts en direction de notre quartier. Je sors le téléphone et recherche son appel avant de le rappeler. Lorsque j’entends enfin qu’il décroche je le mets en haut-parleur et lui demande les indications. “ Bon, dis-moi où tu trouves, petit, j’suis en route ! ” Je devine qu’il ne doit être pas trop loin de son appartement, donc en attendant de savoir où il se trouve précisément, je prends cette direction.

Je suis sûr que c’est encore son imagination. Elle est débordante chez ce jeune livreur de pizza. A vrai dire, si je le fais, c’est principalement pour sa madré. Un bout de femme comme on en fait plus. Courageuse, sincère, avec des passions certes un peu louches mais d’une beauté à la fois simple et sans pareille. J’espère qu’elle verra tout ce que je fais pour son bonhomme et qu’elle finira par accepter qu’on aille prendre un verre ! Un verre ? Non je devrai plutôt l’inviter à prendre un café… Ou un thé même. Merde ! J’espère que ça n’est pas une buveuse de thé. C’est un motif de divorce valable ce truc ! Enfin… On n’a pas trop discuté, mais il me semble qu’ils soient anglais du coup… Je ne vais pas leur en vouloir, si ? Elle doit savoir s’auto-gérer sur le thé, si elle en boit. Tant qu’elle ne me prive pas de mon café au bourbon…
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 17/07/2018
Messages : 115
Posté le Dim 22 Juil - 20:25
Je crois que je suis a la limite de pleurer de reconnaissance quand il me dit qu’il arrive. C’est un peu con, mais depuis que papa nous a juste dégager, que maman est reparti en crise d’adolescence et que j’ai fait la connaissance de mamie… je crois que je me sens seul comme jamais quand il y a des problèmes. A force de n’avoir que le répondeur de mon père j’ai compris que maintenant, il allait falloir que je me débrouille seul, que c’était moi l’homme de la maison qui devait veiller sur maman.

Ca marche peut être pour les petits soucis du quotidien, mais pour ce genre d’événement, je me sens juste complétement dépassé. Je ne sais même pas par quel reflexe j’ai pensé au lieutenant Morgan avant tout autres personnes, mais le fait est a qu’a aucun moment il m’a envoyé paitre malgré l’heure ou rappeler que je n’étais qu’un petit livreur de pizza. Bon, ok, cet homme mange des pizzas presque tous les soirs, mais je reste un pas grand-chose dans sa vie a lui, pourtant il est en train de faire plus que mon propre père.

Je me reprends comme je peux et lui indique le bar en bas de chez moi tout en allant, les jambes cotonneuses et la peur aux bides, vers le lieu-dit. Je suis plus nerveux que jamais de tomber nez a nez avec la personne qui était dans l’appart, surtout que je ne sais pas à quoi elle ressemble. Comme d’habitude, c’est le bordel au pied de mon immeuble. Les mecs bourrés qui essayent de me parler ou qui ne font pas gaffe ou ils pissent, la musique trop forte du groupe underground du moment qui essaye de percer dans des bars pas top, et moi là-dedans, attendant comme un chien de prairie l’unique personne de cette ville qui peut m’aider.

Quand je vois la voiture du lieutenant, je respire déjà un peu mieux. C’est pale comme un linge et l’air paniqué que je vais vers lui.

« Je suis désolé, je sais qu’il est tard... mais... il y avait quelqu’un chez nous et … je ne savais pas qui appeler… »

Triste constat mais rien qu’a repenser a ce sentiment d’urgence, au bordel dans notre appartement, au chat mort que j’ai aperçu, je ne suis pas fier a l’idée de retourner la haut.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 13/07/2018
Messages : 59
Posté le Mar 24 Juil - 11:29


Le jeune homme m’a indiqué le bar en bas de chez lui. Je les connais bien, les bars de ce quartier. Je m’y rends facilement les yeux fermés, alors au volant de ma caisse et les yeux ouverts, il me faut peu de temps pour le rejoindre. Merci les raccourcis que je connais sur le bout des doigts. Je le vois déjà, prés de ce bar, dans tout ses états. La voiture n’est pas tout à fait arrêtée que je tire le frein à main, faisant crisser les pneus. Je sors a toute blinde du véhicule et arrive à ses côtés. Il panique. Il a de quoi paniquer. Si je comprends bien, il y a un gars chez lui. “ Ecoute petit, respire. Reste tranquille et reste derrière moi, surtout. On va aller voir ça ensemble, d’accord ? ” Mes mains sur ses épaules pour le rassurer, mon regard dans le sien. “ Montre-moi où tu habites exactement. ”

Je suis ses indications. Lorsque l’on arrive dans le couloir, je lui fais signe de rester en retrait pour ne pas qu’il soit exposé au danger. Je sors mon arme de mon holster et m’avance doucement dans l’allée, serrant l’arme de mes deux mains, prêt à la relever si besoin.

Je devine aisément où se trouve sa porte : Entrouverte. Elle a été forcée. Je la repousse doucement en me mettant à l’abri derrière le mur. Je sors ma petite lampe de poche et la place à côté de mon arme que je lève vers l’intérieur, avançant doucement. Vérifier que le courant soit toujours là : je m’approche de l’interrupteur et appuie dessus. Rien. Je dois signaler ma présence, normalement, prévenir que la police est là. Si ce n’est pas un cambrioleur, j’ai l’air fin avec mon arme. “ C’est la police! Je vais vous demander de vous avancer doucement vers moi en levant vos mains bien haut que je puisse m’assurer que vous n’être pas dangereux. ” Pas de réponse. J’éclaire un peu les alentours. Tout a été retourné mais les objets de valeurs sont encore là.

S’il y a eu un cambrioleur, ce n’est pas après l’argent qu’il court. Il cherche autre chose. Mais quoi ? Que peut avoir cette femme ou ce gamin ? Je fouille les pièces une à une jusqu’à ne rien trouver du tout. En dehors du disjoncteur que je redémarre. Hallelujah, la lumière revient. Je range mon arme dans son holster et ma lampe dans sa poche. “ Petit, il n’y a plus rien ici. C’est sans danger mais… ” J’avise la porte. “ Je vais retaper ça pour que ça tienne la nuit d’accord ? Et il faudrait que tu fasse une déposition au poste de police le plus proche… ”


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 17/07/2018
Messages : 115
Posté le Mar 24 Juil - 16:44
Je suis pas fier derrière l’inspecteur, je me rends compte qu’il peut se faire blesser a cause de moi. J’essaye de bien suivre ses indications et, si a la télé c’est fun d’entendre un policier Américain s’annoncer, je me serais bien passé de ca en vrai. Je retiens mon souffle quand il entre dans la pièce et l’attend nerveusement sur le palier. Les voisins a l’évocation de la police on tous gardé leur porte bien fermée. C’est con, mais je pense qu’on pourrait se faire égorger devant eux sans qu’ils interviennent afin d’être sur de ne pas avoir d’emmerdes.

Je respire un peu mieux quand il me dit qu’il y a plus de danger. C’est un autre souci qui m’accable en rentrant dans l’appartement. C’est un putain de bordel. Avec le chat mort en croix et toutes les brols retournées… j’étais déjà en train de me prendre la tête avec « comment ranger ca avant que maman ne rentre » quand l’inspecteur rappelle a mon bon souvenir la porte et aussi le fait que demain je vais devoir aller au commissariat. Je me sens abattus et fatigué comme jamais. Je ferme les yeux un moment en espérant que c’est qu’un cauchemar et que je vais me réveiller. Mais non, quand je les ouvre, rien n’a bougé. J’essaye de ne pas oublier l’aide providentielle

« Je sais pas comment vous remercier... je… je en fait j’avais jamais vécu ça alors… je savais pas quoi faire… »

Je crois que ca soit être la 10e fois que je lui dis ca ? non ? le choc ne m’aide pas a être logique. Je me passe la main sur le visage en essayant de me reprendre. Je regarde sans trop voir le bazar. On n’avait rien a voler, même pas une télé. Les types qui sont venus ici sont des idiots.

« Vous voulez boire quelque chose? Je crois qu’il y a une canette de coca dans le frigo ou du thé… je sais pas trop si vous en voulez… sinon je peux voir en bas s’ils savent vendre une canette d’autre chose pour vous si vous préférez? »

Je dois pas être très coloré en disant ça. Même si, censément, les bars ne vendent pas d’alcool a des jeunes comme moi, a cette heure-ci, je suis pas sur qu’il fasse la différence entre moi et une girafe, alors je peux bien tenter ma chance si le lieutenant a envie de plus qu’un coca ou du thé. Je sors un sac pour mettre le corps des chats en hésitant sur la façon de lui demander un service de plus. C’est avec un regard de Bambi perdu que je lui demande d’une petite voix :

« Je… enfin… est ce que c’est possible que maman ne sache pas ? Elle n’est pas la ce soir et… c’est déjà pas facile pour elle depuis le divorce, je veux pas qu’elle s’inquiète en plus. Je sais pas ce que je vais lui raconter mais… je peux faire ma déposition sans avoir besoin de lui dire ? »

Je ne suis pas tranquille a l’idée de dormir seul ici ce soir, mais pour le moment, préserver maman est ma priorité. Sauf que je ne sais pas comment ça marche dans ce pays. Ma connaissance légale se limite aux séries. Autant dire que ca va pas loin.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 13/07/2018
Messages : 59
Posté le Ven 27 Juil - 22:20


Le petite me remercie une énième fois, et je secoue une nouvelle fois pour accepter ça. Je pensais avoir déjà fait ça les premières fois. J’ai beau ne pas être très futé, il suffit d’une seule pour que je pige ça. Je regarde le cadavre du chat et grimace. Je parie que ça va être à moi de m’en occuper… J’attrape un torchon et l’enroule doucement dedans tandis qu’il me propose de boire quelque chose. Je fronce les sourcils lorsqu’il me parle de thé et je grommèle. “ Rassure moi, petit. Tu as quand même une bière, non ? Tu sais quoi ? Laisse tomber. Je vais prendre un cola. ” Je finis d’enrouler feu son chat dans le torchon et le dépose sur ce qu’il reste d’un guéridon à l’entrée. “ Je vais m’occuper du chat en repartant. ” dis-je pour l’informer.

Je fais quelques photos de l’appartement pour montrer ce qu’il pourrait y avoir eu. Je cherche une empreinte de pas : en vain. En prime, j’ai déjà dû saloper la scène en voulant sécuriser l’endroit. Je montre les dégâts qu’il y a eu, y compris la trace de sang où reposait le chat. Merde… Je l’ai décroché trop vite. Mais ça ne devait pas être facile pour le gamin de voir son chat ainsi éventré.

Mais ensuite il me demande un truc étrange : que sa mère ne soit pas informée. J’arque un sourcil et m’essuie les mains comme je peux dans une serviette qui traîne également avant de me positionner face à lui. “ Ecoute petit, je n’ai pas le droit de récupérer ta déposition sans le consentement de ta mère ou d’un tuteur légal. ” Je m’arrête un instant avant de reprendre “ Si tu veux un conseil plus personnel, tu ne devrais pas lui cacher ce genre d’informations. Elle a droit de savoir ce qu’il s’est passé. Imagine que ça arrive à nouveau et qu’elle apprenne que tu lui as menti ? Tu n’y es pour rien de toute manière, pas vrai ? Et… Je tâcherai de passer plus souvent dans le coin pour vérifier que je ne vois rien de suspect. Ça te va, gamin ? ” J’avais posé ma main sur son épaule et avise l’appartement.

“ Je vais retaper la porte pour qu’elle tienne pour la nuit. En attendant, tu n’as qu’à remettre un peu d’ordre ? Si tu vois qu’il manque un truc, tu me le signale, d’accord ? Et… Bah… J’comptais t’appeler pour une pizza ce soir mais du coup… On dirait bien que je vais devoir changer de livreur. Tu veux que j’en fasse venir une ici ? ” Tout en disant cela, je m’étais approché de la porte. Après quelques photos avec mon vieux téléphone, je regarde comment je pourrai refaire ça.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 17/07/2018
Messages : 115
Posté le Ven 27 Juil - 23:09
Aie. C’est bien ce que je pensais. Non en fait c’est pire. Maman est fragile. Je ne veux pas qu’elle s’inquiète pour certainement une erreur d’appartement ou... bah en fait je ne sais pas qui. Ca m’étonnerait que mamie fasse partie d’un gang, a moins que cela soit celui des ramasseur de chat de gouttière. Maman et moi on ne connait presque personne. On a rien a voté, même pas une télé. Et presque tout ce qu’il y a dans l’appart est de l’époque de la jeunesse de grand-mère, voir peut être de sa propre grand-mère ? Autant dire qu’a part retourner les valises et tout mettre en pagaille… le voleur a bien perdu son temps.

Je vais lui chercher son cola dans le coin cuisine. Le frigo a lui aussi été fouillé. Voyons les choses du bon côté, enfin essayons, qui que soit la personne qui a fait ça, je pense qu’elle se souviendra qu’on a pas de quoi se donner la peine de revenir. Ca me soulage qu’il s’occupe du chat. Je lui apporte son coca en silence pendant qu’il gère la porte puis je commence a essayer de ranger comme je peux avant de reprendre la parole.

« C’est moi qui vous dois une pizza au moins pour ce soir. J’ai peur de pas avoir grand-chose a manger là... mais demain je vous promets de vous en apporter une. »

Le bordel ne me fait pas peur, le sang du chat par contre. Je trouve du sel pour en mettre dessus mais je crois que je vais surtout bouger le canapé. De toute façon, vu l’état de la moquette... je pense que mamie ne devait pas espérer récupérer sa caution. J’hésite quant à la suite. J’ai peur qu’il le prenne mal. Je me risque un petit regard vers lui, un peu honteux.


«Et si… si je porte pas plainte ? Du coup… on sera pas obligé d’en parler a maman ? »

Personnellement je crois que j’ai toujours fait attention de respecter les règles et que j’ai été élevé dans le respect des droits civiques du coup je n’en reviens pas de ce que je suis en train de voulait faire tellement ca me parait affreux. Je me sens obligé de me justifier immédiatement.

« Je veux juste protéger maman. On a pas le choix, on doit rester ici… si… si elle apprenait ce qui s’est passé…, a part la bouleverser et la faire vivre dans la peur, ca ne servirait a rien. Elle… Elle a plus que moi maintenant pour veiller sur elle et c’est le seul truc que je sais faire pour la protéger. »


Et maintenant que ceux qui veulent donner un 10/10 pour le fait que je suis pathétique se lèvent.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 13/07/2018
Messages : 59
Posté le Mar 31 Juil - 17:45


Le petit est dans tous ses états, tremblant. Je ne suis pas un sentimental, mais ça me fait chier de le voir ainsi. Pourtant, il prend son courage à deux-mains et commence à tout ranger, hormis ce sang qu’il peine à regarder. Il me ramène un cola et m’informe qu’il me ramènera une pizza demain. Il ne pige pas je crois. Je fronce les sourcils et ouvre la boisson pour en boire une gorgée. Ça me fait bizarre de ne pas boire un truc alcoolisé à une heure pareille.

Je le vois verser du sel sur la tâche de sang et me regarder de façon honteuse me disant qu’il ne portera pas plainte. Ainsi, il ne veut pas inclure la justice dans cette affaire ? Merde… Qu’est-ce-que je m’apprête à faire au juste ? Et là, son discours… Ouai, il tient à sa mère ce bonhomme. Il est plus courageux que je ne l’ai jamais été. Je m’approche de lui et place ma main sur son épaule, le regardant droit dans les yeux.

“ Je ne peux pas te forcer à le faire, gamin. Je comprends… Mais, tu n’es pas à l’abri que ça arrive à nous. ” Je m’arrête un instant, avisant les options qu’il me reste avant de reprendre “ Je vais m’en occuper d’accord ? Mais je n’aurai pas toutes les ressources nécessaires sans ta plainte. Je vais m’assurer que ta mère et toi soyez en sécurité. ” Je me recule et l’informe “ Et pour la pizza… C’est surtout pour que tu ne sois pas seul ce soir, gamin. Je ne veux pas risquer qu’il revienne alors que t’es encore là. ”

Je me recentre sur la porte dont je tente de restaurer l’une de ses fonctions : faire en sorte qu’elle ferme et que personne ne puisse l’ouvrir dans les clefs. Je retire ma veste et la dépose sur le fauteuil le moins sale. Je remonte mes manches et m’adresse à lui.

“ Vous avez des outils? Je pense avoir une idée pour cette foutue porte… ”

Le temps qu’il m’indique s’il a le matériel pour ça, je parviens à arracher un montant en bois qui pendouille et risque de m’encombrer dans ma tâche plutôt qu’autre chose. En fixant une baguette à la place de ce montant, le loquet pourra se bloquer contre quelque chose. Ça se verra, mais ça sera mieux que rien. Je ne suis pas menuisier après tout, c’est juste pour le dépanner.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 17/07/2018
Messages : 115
Posté le Ven 3 Aoû - 15:37
Je suis vraiment gêné et j’ai l’impression de trahir ce représentant de la loi, voir même mon intégrité en refusant de porter plainte. Oui, je sais qu’il a raison et que celui ou celle qui a fait ça pourrait revenir ou refaire ça ailleurs. En plus il vient quand même de voler à mon secours alors que je ne suis que son livreur de pizza…  Mais plus que ma honte, il y a maman. Je ne veux pas qu’elle soit inquiétée ou qu’elle se bloque à cause de moi. J’ose a peine le regarder en me disant qu’il risque de mal prendre ma décision et de partir en me laissant en plan. Il a déjà fait plus que je ne pouvais l’espérer ceci dit en passant.

Pourtant, il me surprend et je relevé la tête de mon rangement quand il me propose non seulement de quand même essayer d’enquêter mais aussi… de rester avec moi ? Je crois que le premier sourire de la soirée arrive sur mes lèvres et que j’ai les yeux qui piquent. Ouai y’a le contre coup de l’émotion mais il y aussi qu’il ne peut pas imaginer a quel point je me sens seul et paumé. Cette petite phrase, certainement anodine pour lui ca reste énorme pour moi. Mon père s’est débarrassé de nous, il n’essaye même pas de prendre contact, maman arrête pas de dire que je suis l’homme de la maison mais en fait… je suis juste pas a la hauteur et pas capable. Je suis mort de trouille avec ce qui s’est passé et fatigué de prendre sur moi et de faire semblant. J’arrive a peine a bafouiller, avec émotions, un :

« Merci »

Je vais fouiner pour trouver une boite a outils qui doit avoir l’Age de mamie, vois plus. Et vais lui apporter. Je suis un peu hésitant sur la façon de faire :

« Je sais vous aider ? Je veux dire, avant d’aller vous chercher une pizza ? »

Mais il a l’air de bien se débrouiller sans moi.

« Je reviens »

Je n’ai pas trop loin a aller pour trouver une pizza et Gino, assez étonné de me voir alors que le service est fini, me fait une fleur en m’offrant la pizza. Je pense qu’il a vu que j’étais un peu retourner. Ce qu’il y a de bien avec mon boulot, c’est que j’ai pas demandé ce que mon sauveur aime pour lui apporter sa pizza préférée. Je flippe sur tout le trajet, j’ai… j’ai une affreuse impression et c’est presque en courant que je reviens a l’appart. Je suis vraiment soulagé et content qu’il soit là.

« J’ai votre pizza et Gino vous offre une cannette de bière pour vous remercier de votre aide… »


Je pause le tout sur la petite table pliante du coin cuisine.

« Je … j’ai réfléchis en route. Et si c’était vous l’adulte garant, je pourrais faire ma déposition sans que maman ne soit au courant ? »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 13/07/2018
Messages : 59
Posté le Jeu 23 Aoû - 0:42


Le petit a l’air content que je reste et rassuré. Bah… J’avais prévu de m’enfiler du whisky en mangeant une pizza et en regardant un live des Floyd donc… Au final, c’est sans doute mieux ainsi. D’ailleurs, lorsqu’il me remercie, je fais un signe de tête, mais je ne trouve pas ça démentiel.

Il m’apporte une boite à outils qui est bien vieille. Je grommèle et pioche dedans un marteau et des pointes pour refaire le montant de la porte sommairement. Le petit s’éclipse et je lâche un “ Sois prudent, gamin. Pas besoin d’en rajouter. ”

Lorsqu’il est finalement de retour, il m’offre une bière de la part de Gino, et une idée : que je sois son représentant légal. Alors celle-là, je ne l’avais pas vu venir. Un peu choqué, je balbutie : “ Oui, ça pourrait marcher mais je… Enfin, je vais être retiré de l’enquête donc… Bah… Dans tous les cas, je l’aurai fait sans le consentement de mes supérieurs cette enquête donc ouaip. On peut faire ça, petit. ”

Je regarde l’heure et grogne une nouvelle fois “ Mais on ira demain matin. Y’a plus de collègues dispos pour les plaintes à cette heure. ” Je fais un signe de main vers la porte après avoir trempé mes lèvres dans la bière. Je lâche un “ J’ai fait ça comme j’ai pu. Mais au moins ça tiendra jusqu’à ce qu’un professionnel la retape. Du coup j’en ai profité pour lessiver le tapis. Je l’ai mis à sécher. ”

Je m’installe sur le canapé. Le rangement a été rapide mais efficace. “ Petit, que ça te serve de leçon tout ça : personne n’est à l’abri d’un cambriolage. Bah… Au moins y’a eu plus de peurs que de mal. Et si on se l’avalait cette pizza ? ” dis-je en déposant ma bière sur la table basse et ouvrant le carton.

Je retire une part que je lui tends avant de m’en prendre une également. Je croque dedans et profite de l’instant pour me régaler. “ Hum… Tu n’as pas oublié le supplément olive. Elle est comme je les aime, cette pizza ! ” Je tapote sur son dos pour le féliciter avant de vérifier que je n'ai rien reçu sur mon téléphone.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 17/07/2018
Messages : 115
Posté le Lun 27 Aoû - 20:09
J’ai du mal a me rendre compte de ce que cela peut signifier pour un policier de se voir retirer d’une enquête. Dans les séries ca avaient l’air de la fin du monde, sur le visage de l’inspecteur, ça a surtout l’air d’un détail. En tout cas mon idée lui parait plausible. C’est un soulagement, je ne veux pas devenir un délinquant crachant sur son devoir civique si je peux éviter cela.

« Ca serait vraiment formidable si vous saviez m’aider a porter plainte sans embêter maman. Même s’il ne parlait pas beaucoup de son travail, mon père travaille pour la police scientifique anglaise, et j’ai vraiment a cœur de faire mon devoir civique, parce qu’il m’a toujours appris qu’il ne fallait pas mentir et rester droit…. Sauf que je ne veux pas que maman s’inquiète encore plus. En tout cas merci encore pour tout ce que vous avait fait… et merci aussi de rester là. Je dois vous paraitre lâche mais j’avoue ne pas être rassuré.»

Cet aveu est fait d’une petite voix. A mon âge, on est presque un adulte, enfin, officiellement. Maman arrête pas de me dire que, maintenant, c’est moi l’homme de la maison, et pourtant, j’ai eu peur, véritablement peur. Je ne sais pas comment le lieutenant a fait pour entrer avec autant de désinvoltures dans la l’appartement sans trembler. J’imagine que c’est ce qui fait la différence entre un mec courageux et un raté trouillard comme moi.

« J’aimerais bien… j’aimerais bien être comme vous. Je veux dire, vous n’avez pas peur, vous êtes là pour aider et protéger les gens… »

Oui je sais, dire ça alors que je sais pas me défendre tout seul et que je finis, presque tous les jours, la tête dans mon casier, c’est un peu paradoxal. Mais oui, j’aime les comics, surtout Capitain America. Si je savais faire un vœu, la, tout de suite maintenant, ça serait de me réveiller un matin avec des supers pouvoirs pour faire comme l’inspecteur Morgan.

« Vous êtes un peu un super héros en quelque sorte. D'ailleurs, comment vous avez su que vous étiez fait pour être policier? Des que vous étiez jeune? c'est arrivé après? »
Posté le
The other side :: San Francisco :: BayviewPage 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» RPG Criminal Minds
» Mini Intrigue :: Criminal Minds
» Criminal Minds
» JAXLANA ⇝ Criminal minds.
» Crazy Minds
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum