Félicitation à Gwendal et Elia

Depuis la diffusion d'une vidéo montrant un homme faisant de la lumière avec ses mains se faire tuer par un autre avec un poignard, le monde s'interroge. Existe-t-il autre chose que des hommes sur terre ?
 

 

 Sujet de groupe #1 : Summer Festival

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 08/10/2014
Messages : 206
Posté le Jeu 2 Aoû - 19:30


Summer Festival

Sujet de groupe #1


Comme tous les ans et pour la vingtième année, le festival d’été s’installe sur les plages d’Ocean View. Au programme, de nombreux artistes connus, mais aussi et surtout une chance pour les plus petits groupes de percer, de se faire une place dans le monde. Et comme chaque année, l’ouverture aura lieu le premier samedi du mois d’Août, à quelques heures du coucher de soleil. Des kilomètres de plage occupés par des groupes, des caravanes abritant les restaurateurs les plus cotés du moment, des stands pour les petits et les grands, mais surtout, cette immense scène flottante à quelques mètres du sable et où les artistes les plus connus se succéderont. Et bien évidemment, autour de tout cela, une nuée de policiers s’activent déjà pour sécuriser les lieux alors que les journalistes, blogueurs et autres influenceurs viennent déjà chercher l’endroit rêvé pour assister aux meilleurs concerts.

18 heures venaient de sonner lorsque le festival ouvrit gratuitement ses portes aux premiers curieux. Pas encore de super star de prévue, les hostilités ne démarrant qu’à 21 heures pour les grosses scènes, mais l’on pouvait déjà trouver des groupes plus timides jouer sur la plage, on pouvait déjà entendre ce bouillon de culture prendre vie. La fête s’annonçait grandiose, étonnante et unique, surpassant comme chaque année la précédente.

Sujet de groupe ouvert à tous ! Pensez à faire des postes court de moins de 400 mots pour favoriser les réponses rapides.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 13/07/2018
Messages : 36
Posté le Ven 3 Aoû - 22:21


On dit des festivaux ou des festivals ? Rah j’en sais rien. Ça me prend la tête. Quoiqu’il en soit, je dois m’y rendre. Coup sûr qui va y avoir du grabuge. Et partout où y’en a, eh bien… Je ne suis jamais loin. Je regarde l’entrée, déjà pas mal abordé par les touristes et les passants. Oh je repère déjà les pros, ceux qui débarquent avec des petites sacoches, et autres ustensiles, planquant de la bière ça et là, et parfois même un peu de drogue. Rien de bien méchant. Juste assez pour s’amuser. Mais fois ça cohabiter avec des familles… Je m’avance vers la douane et me fraye un chemin parmi la foule. Je montre mon badge à la sécurité pour qu’ils pigent que j’ai un passe.

Je t’en foutrai de la zouk et autre pop culture à la noix. John Denver, y’a que ça de vrai. J’ai soif. Je me dirige vers la première buvette et dépose un billet sur le comptoir en lâchant un “ Bière. ” Quoi ? Je serai poli quand j’aurai mon verre. Et lorsque je l’ai ? Je lâche un “ M’ci ! ” Je trempe les lèvres dedans et grimace. Bordel… Y’a du sable dans le gobelet. Je n’aime pas la plage. Je n’aime pas les festivalaux. Je n’aime pas les shorts et les tongs. D’ailleurs, je suis en jean et en rangers dans le sable. Rien à faire que je fasse tâche. La seule chose que je me suis permis ? Remonter les manches de ma chemise jusqu’au coude. A ma ceinture, mon flingue et mon badge et à l’arrière, mes menottes. Mes lunettes de soleil sur le bout de mon nez, je jette un regard circulaire.

Tout a l’air d’être tranquille. En tout cas, pour l’instant. Je bois une nouvelle gorgée de la Sand-beer et le constat est direct. C’est imbuvable et coupé à l’eau. En deux termes ? De la pisse de chameau. Vivement que je confisque les premières bières illégales.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 17/07/2018
Messages : 88
Posté le Mar 7 Aoû - 21:27
Samedi, la journée où les gens normaux de 17 ans sortent, vont voir les copains, vont au ciné ou s’entrainent pour des compet’ de patinage artistique. Et bien, c’est pas trop ça depuis que je suis arrivé aux Etats Unis. Vous ne devinerez jamais ce qu’un mec comme moi fait le samedi ? Et bien, je vais vous dire la même chose que tous les autres jours après les cours… je livre des pizzas. Je crois que je vais finir par me transformer en pizza a force. Aujourd’hui ca a été une journée de fous, a priori y’a le big truc du moment un festival sur la plage. Ça a l’air sympa… enfin j’imagine, mais je risque pas de finir assez tôt pour savoir y aller.

En reprenant une commande, Gino m’a expliqué le truc. Je lui ai dit que maman devait y aller avec des collègues de son travail, ou des amies, j’ai des fois du mal a suivre maman. Bah ca lui a fait un truc le Gino. En fait depuis qu’il a croisé ma mère quand elle est passée une fois voir ou je travaillais, je le trouve plus cool. Il m’a juste dit de livrer la commande sur la plage et de prendre le reste de ma soirée pour profiter de la soirée, a condition de bien dire a ma mère qu’il était veuf et super sympa.

Voila comment je me suis retrouvé encore plus paumé que d’habitude, perdu dans cette foule, avec des fringues pas discrète a chercher si je ne voyais pas maman. Le seul visage familier qui me saute aux yeux est celui de mon client le plus fidèle et aussi mon sauveur. Faut dire que je me sens moins seul avec une tenue inappropriée. Je fais un petit détour pour le saluer.

« Bonsoir lieutenant. Vous aussi vous aussi on vous avait pas dit pour le dress code ? »


Je lui fais un petit sourire pour souligner le trait d’humour.

« Si j’avais su que vous étiez là, je vous aurais ramené une pizza. »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 03/07/2018
Messages : 227
Posté le Mar 7 Aoû - 23:42
Je devais en être, normalement j’aurais du jouer sur cette plage, mais j’avais préféré annulé. Non pas car la vidéo avait changé quelque chose, mais car il y avait Nolen, car il y avait ce sang et car j’avais prit peur. Même être ici, avec autant d’humains autour de moi me faisait peur. Même ça m’effrayait, la peur qu’on me tombe dessus. Alors j’étais venu en simple visiteur, oubliant ma guitare pour la première fois depuis des années pour ne rien faire d’autre que marcher dans le sable. Je me sentais sans doute bien plus triste en cet instant que lorsque j’étais contraint de jouer des morceaux stupide. J’avais fait tellement chier de gens qu’aujourd’hui, je prenais conscience de mes conneries. La musique était une passion, réellement, et j’allais la perdre pour vivre. Oh bien sur je continuerais à jouer, mais ça ne serait jamais plus que pour moi, que pour lui. Ça devrait suffire quelque part, je ne laissais pas vraiment tomber la musique pour de bon, mais dans combien d’année seulement je pourrais rejouer ? Dans combien d’années je pourrais me sentir à nouveau vivant ?

J’avais peur que cela ne soit que dans trop d’années. J’avais peur que d’ici là, les choses soient différentes où que je puisse y survivre. Perdre la musique et perdre la vie, je ne savais pas exactement ce qui serait le plus douloureux. M’asseyant sur le sable, je regardais un groupe enchainer des morceaux que je ne connaissais pas, et après plusieurs minutes à jouer avec mon téléphone, je m’autorisais enfin à lui envoyer un message.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 03/07/2018
Messages : 203
Posté le Mer 8 Aoû - 9:34
Dès lors qu’il posa le pied sur le sable, Yerathel se demanda sérieusement ce qu’il faisait là. Oh il appréciait l’ambiance festive du festival musical auquel il avait d’ailleurs pris l’habitude de se rendre régulièrement depuis qu’il vivait à San Francisco… Mais il appréciait beaucoup moins le sable et l’eau salée bien dangereux pour ses luxueux vêtements. Peut-être que s’il n’avait pas accouru ici dès l’instant où Thomas l’avait exigé, il aurait pu prendre le temps d’enfiler quelque chose de plus approprié. Il fallait absolument qu’il perde cette habitude agaçante d’aller partout où l’homme le voulait sans jamais prendre la peine de réfléchir plus de quelques secondes. S’il ne le faisait pas pour ses vêtements, il pourrait le faire pour son orgueil et sa dignité qui seraient mis à mal dès lors que le pianiste comprendrait qu’il n’avait qu’à exiger pour obtenir. Heureusement avec les rues incroyablement fréquentées aujourd’hui, il lui avait fallu une bonne heure pour poser le pied sur la plage et c’était tout ce qui lui permettait de conserver un peu de fierté lorsque son regard se posa enfin sur le pianiste.

Malgré l’étrange malaise qui le gagna à cet instant, un immense sourire étira ses lèvres et lui fit oublier le sable et tout ce qu’il y avait de désagréable dans sa présence ici aujourd’hui, alors qu’il s’approchait de la triste silhouette du jeune homme et se laissait tomber à côté de lui. Sa première action après s’être assis à côté de Thomas fut de le bousculer d’un coup d’épaule. “Qu’est-ce que tu fais là à bouder ?” demanda-t-il en guise de salut et son ton habituellement joyeux ne laissait pas passer le moindre indice de gêne, ce qui eut au moins le mérite de le ravir un peu plus. En dehors de la légère morosité émanant du pianiste, c’était un capharnaüm de joie tout autour d’eux, ce dont Yerathel était particulièrement reconnaissant. Il se concentra sur ces émotions positives pour conserver sa propre bonne humeur et ignorer superbement les sentiments négatifs du jeune homme ainsi que sa propre gêne. Il n’y avait probablement pas de quoi, mais depuis leur dernière conversation… Il avait un peu de mal à se sentir aussi détendu en la présence de Thomas.

_________________



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 03/07/2018
Messages : 227
Posté le Mer 8 Aoû - 14:39
Je ne m’étais pas attendu à ce qu’il se présente aussi vite, même si il y avait au moins une heures qui s’était écoulé depuis mon sms, il était déjà là, s’asseyant à mes côtés avant de me pousser légèrement avec son épaule. Il m’arracha un premier sourire qui ne fit que grandir lorsqu’il me demanda ce que je faisais là à bouder. Je ne boudais pas, du moins je crois, mais lui il était beaucoup trop joviale. « Première années depuis longtemps que je suis pas sur scène. », soufflais-je en guise de réponse avant de tourner la tête vers lui pour embrasser sa joue et lui demander, « Qu’est-ce qui te mets d’aussi bonne humeur ? », il avait cette facilité à être toujours parfaitement joviale, vivant et excessivement remarquable au passage. Mais son exubérance et sa facilité à sourire m’impressionnaient toujours.

Depuis que je savais qui il était, je le voyais différemment et ce qui avait pu me déplaire il fut un temps était à présent une découverte perpétuelle. Un peu comme si chaque collier, chaque bague, chaque bracelet et boucle d’oreille me permettait de profiter chaque jour un peu plus de lui. Il se détachait des autres, il était unique, et il était à moi, enfin, pas encore, mais je ne voulais pas le voir ailleurs que dans mes bras, « C’est pas vraiment un rencard, mais tu veux qu’on profiter de cet anonymat soudain avec moi ? », de ce répit, même si comme d’habitude, certains regard restaient appuyaient sur moi, quoi que là, je ne savais pas si il était question de moi en temps qu’artiste ou de moi en tant qu’homme étant au côté de Nolen.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 03/07/2018
Messages : 203
Posté le Mer 8 Aoû - 18:18
Le sourire de l’occultiste se fana quelque peu lorsque Thomas lui expliqua pourquoi il était aussi morose, aujourd’hui. Oh. D’accord, honnêtement, Yerathel aurait pu se douter tout seul du problème. Et maintenant, comme beaucoup trop souvent avec le jeune homme ces derniers temps, il se sentit particulièrement stupide. Sentiment qui s’intensifia étrangement lorsque l’homme l’embrassa. Sur la joue. Qu’y avait-il de plus ridicule au monde que ça ? Il se sentait comme un adolescent ridicule et il adorait ça. Il secoua la tête pour chasser cette pensée stupide et retrouva son grand sourire. “Parce que c’est une belle journée et que la vie est belle ?” lâcha-t-il joyeusement à la question du musicien. C'eût été tout aussi simple de lui parler de son pouvoir, mais beaucoup moins amusant et beaucoup plus gênant aussi si des oreilles indiscrètes traînaient dans le coin. Pour la seconde fois en moins de quelques minutes, Yerathel se retrouva à secouer la tête, un peu plus décontenancé cette fois, lorsque Thomas lui demanda s’il voulait rester là avec lui. Après qu’il ait accouru à une simple demande… Fallait-il réellement poser la question ? “Qu’est-ce qui te fait dire que ce n’est pas un rencard ?” répondit-il seulement. “Je te trouve incroyablement traditionnel pour un artiste avec ta réputation.” souffla-t-il.

“Allez, arrête de faire la tête et viens !” décida-t-il finalement, prenant la main du jeune homme dans la sienne pour l'entraîner avec lui alors qu’il se relevait. Il y avait bien trop de gens heureux autour d’eux pour qu’ils restent là à faire la tête ! La main de Thomas toujours dans la sienne, il prit une direction au hasard et longea les groupes dispersés un peu partout sur la plage en s’imprégnant tranquillement de la bonne humeur ambiante. “Alors, dis-moi, pourquoi tu n’as pas emmené ta guitare ? On aurait pu s’amuser quand même, que tu sois sur la grande scène ou… Gwen ?!” Son regard avait continué de balayer la foule jusqu’à se poser sur la petite tête de l’adolescent assis dans le sable avec… Oh, comme le monde était petit ! Sans vraiment se préoccuper de savoir ce qu’en penserait Thomas, Yerathel l’entraîna vers le petit duo assis dans le sable. “Et l’inspecteur de l’année ! Je ne savais pas que vous vous connaissiez… J’espère que vous n’essayez pas d’attirer ce pauvre enfant dans vos enquêtes étranges, Lieutenant.”

_________________



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 03/07/2018
Messages : 227
Posté le Mer 8 Aoû - 22:23
Son optimisme en cet instant était des plus étonnant, mais je ne fis rien pour aller contre, au contraire, je souris, lui donnant un peut de change avant de le faire plus franchement lorsqu’il fut question de ce non rencard. Levant les yeux au ciel lorsqu’il fut question de ma réputation, se secouait légèrement la tête avant d’avoir eu ne serait-ce que la chance de répondre. Me retrouvant debout, la main dans la sienne, je me sentais un peu mieux, du moins si on ignorer la douleur de sentir autant d’être humain autour de moi. « Alors c’est un rencard. », déclarais-je en serrant un peu plus sa main dans la mienne. Il aurait été en effet possible pour moi de ramener une guitare, mais c’était pas pareil, et c’était pas un peu contre productif non ? Du moins ce fut ce que j’aurais pu répondre si il n’interpella pas quelqu’un qui après un regard, me sembla excessivement familier, du moins jusqu’à ce que je fasse le liens et que notre dernière entrevu ne puisse me faire passer pour un malade mentale aux yeux de Nolen. « Gamin… Encore en vie ? », demandais-je en me rappelant de qui m’avait livré la dernière fois.

Et puis, sans réellement le décider, je m’étais retrouvé devant une autre personne que le mage semblait bien connaitre. C’était lui le fameux inspecteur à l’origine de tout ? Pourquoi j’avais paniqué du coup ? Il était tellement… Pas du tout son genre, « Et bonsoir Hewitt… », déclarais-je en soupirant, légèrement tendu par cette découverte. Il savait lui, il m’avait vu devenir fou, il avait été là et je l’avais consciencieusement évité depuis. De toute façon qu’y avait-il a tirer de cette relation ? Il était flic, c’était dangereux pour moi, et je ne comprenais même pas comment Nolen pouvait ne pas voir le danger la dedans. « Vous semblez occupé à …. Parler. Du coup on va vous laisser. », déclarais-je dans l’espoir que Nolen me suive et ne m’impose pas la présence de deux personnes pas forcément habitué à voir mon meilleur visage. Et puis c'était un rencard non ? On devait pas être juste nous deux ? Enfin pas être avec d'autres personnes ?

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Date d'inscription : 15/07/2018
Messages : 59
Posté le Ven 17 Aoû - 22:52

         

         

     
♪ Summer Festival ♪


         
Les pieds dans le sable, je longeais distraitement la plage – ma paire de sandale dans la main. Les grains sont encore chauds et m’apporte réconfort. Une brise légère vient chatouiller mes cheveux tandis que je referme de ma main valide mon châle blanc. Je ne suis pas seule. Nombreux sont les habitants et touristes s’étant regroupés pour profiter du festival. L’ambiance est au rendez-vous. La musique résonne en un rythme frénétique mélangée aux rires soutenus des fêtards. Je ne peux m’empêcher de sourire – leur bonheur m’est communicatif. Je pousse un soupire de bien-être tout en bifurquant vers la foule euphorique. On manque de me bousculer à plusieurs reprises, mais dans l’ensemble, je m’en sors indemne.

Je repère Amber, au loin. Elle me fait de grands signes que je me contente de répondre par un vague mouvement de la main. Elle est entourée de nombreuses connaissances – trop à mon goût pour que je tente une approche. Elle dut le deviner, car elle décida de me rejoindre en quelques enjambées… incertaines. J’étouffe mon hilarité lorsqu’elle tente de retrouver sa contenance face à moi. Croyez-moi, je ne manquerais pas de lui rappeler son éloquence incompréhensible et son comportement fêlé lors de la reprise. « Tiens ! » Beugle-t-elle tout me tendant son verre… qu’elle manque de renverser. S’en est trop ; j’éclate de rire. Elle me donne un coup dans l’épaule, mais avec sa force de mouche, elle ne réussit qu’à perdre son équilibre. Mon rire redouble d’intensité. C’est qu’elle me fait presque de la peine avec son verre qu’elle ne cesse de tendre dans ma direction. Je l’attrape et ne manque aucunement son soulagement.

- Je vais… Elle me montre la direction de son groupe comme si elle avait perdu l’usage de sa parole. J’étouffe mon air moqueur avant qu’elle ne perde patience. Et je veux voir tes fesses à l’œuvre !

Pour accentuer sa demande, elle me donne une claque sur le postérieur et se met à glousser – version Peggy la cochonne. Je lève les yeux au ciel. Honnêtement, je n’aurais pas réussi à la supporter plus longtemps. Je décide de continuer ma route en toute tranquillité. Je ne connais pas grand monde, mais qui sait ? Je ferai peut-être une agréable rencontre.


         
(c) crackle bones

         
Posté le
The other side :: San Francisco :: Ocean viewPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum