Félicitation à Ada et Morgan

Depuis la diffusion d'une vidéo montrant un homme faisant de la lumière avec ses mains se faire tuer par un autre avec un poignard, le monde s'interroge. Existe-t-il autre chose que des hommes sur terre ?
 

 

 This kind of magic |ft Jessie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur
Calixte O'Castle
Date d'inscription : 01/11/2018
Messages : 40
Posté le Sam 10 Nov - 19:40
This kind of magic
Le silence est total. Yeux clos, elle fait ses exercices de respiration. Elle a exigé de rester seule, pour se concentrer au maximum. Il y a autre chose qui fait aussi partie de son rituel du soir. Chaque fois, avant de monter sur scène, elle regarde une vieille photo d’elle et de son père, et elle reste quelques minutes à se remémorer des souvenirs d’enfance, à réaliser ses tours devant son image, pour qu’il assiste malgré tout à son spectacle. Il ne sera pas sur scène. Cela fait des mois qu’il manque à l’appel, que sa mère la renie presque. Parce qu’elle n’a pas voulu suivre la culture hindou, parce qu’elle a ruiné son mariage, et donc, la réputation de la famille à ses yeux. Et puis, tous les émotions se mêlent, s’entremêlent, s’entrechoquent et Calixte tourne le dos à sa loge pour enfin monter sur scène, vêtue d’un smoking féminin au col à paillettes. Cheveux redressés en queue de cheval, maquillée un minimum sous les conseils de stylistes toujours plus surexcités qu’elle.
Parfois, elle se demande si ça vaut la peine de continuer. De toute façon, elle est à peine connue, ça lui rapporte trop peu d’argent et ça lui demande beaucoup trop de temps. Du temps qu’elle pourrait passer chez elle, sur son canapé avec un grand verre de vin, à regarder des séries ringardes avec son meilleur ami et ses chats.  « Mesdames et messieurs, Calixte O’Castle ! » C’est le signal. Sa mallette est déjà installée sur scène, alors, un pied après l’autre, elle y accède, son visage arborant désormais un sourire ravi. Elle salue le public, lance le baratin habituel tandis que le temps s’arrête. Adieu, le public, les projecteurs, la scène et le retour-son. Elle est dans son monde, perchée dans ses rêves à agiter ses mains naturellement, jouant avec les cartes, l’eau, les cubes, et de pauvres colombes qu’elle aurait préféré relâcher après le show s’ils n’appartenaient pas à un prestataire extérieur. Puis le dernier show arrive, c’est le plus excitant, le plus dur à réaliser aussi. Faire croire qu’elle peut invoquer le feu d’un geste des doigts. Elle a toujours la boule au ventre de ne pas réussir, c’est un tour de son invention dont elle seule détient le secret. Alors, elle le fait. Ça marche à merveille, les spectateurs sont subjugués et elle complètement satisfaite. Certains applaudissent, d’autres continuent à boire leur verre, indifférent, certains écarquillent les yeux. C’est de plus en plus fréquent depuis cet incident sur internet. A croire que les gens deviennent fous, et finissent par croire à l’impossible. Elle reste perplexe.
Elle s’enfuit de l’estrade après des salutations rapides et laisse place au prochain artiste, un humoriste. Plutôt que de quitter de suite le bâtiment, elle se décide à gagner le bar pour commander un verre.  « Votre meilleur vin, s’il vous plaît. Et des cacahuètes. Oh, et si vous avez des olives vertes ou de l’anchois, je prends. » Elle est loin de se douter que non loin de là, quelqu’un la prend pour ce qu’elle n’est pas, et que ça va lui poser problème.

Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Calixte O'Castle le Jeu 10 Jan - 20:18, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur
Jessie E. Hassan
Date d'inscription : 26/07/2018
Messages : 49
Posté le Lun 12 Nov - 11:36
L’on nous donnait souvent des missions à faire pour surveiller chaque personne pouvant représenter un risque. Chaque petit magicien, illusionniste ou liseurs de cartes étaient surveillé et cette femme ne faisait pas exception. Les Occultistes étaient assez fort pour passer inaperçu et bien souvent, suspecter un petit magicien de campagne revenait à perdre du temps car jamais un Occultiste serait assez stupide pour ça. C’était ainsi que l’on faisait des erreurs. Qu’on laissait des monstres agir dans la nuit. J’avais donc retrouvé ce bar miteux, j’avais regardé celle qui s’appelait Calixte O’Castle, voyant ses tours comme du passe passe, mais ne pouvant ignorer qu’elle avait tout de même assez de talent. Elle me faisait douter et je n’aimais pas douter. Attendant qu’elle finisse, j’avais surveillé la porte des artistes jusqu’à ce qu’elle s’y montre. Contrairement à ce que j’avais pu penser elle n’avait pas filé, elle était partie au comptoir pour commander un verre. Me détachant du mur, j’étais partie à sa rencontre. M’asseyant sur un tabouret à côté d’elle, je commandais une bière avant de tourner la tête vers elle, « Impressionnant. », soufflais-je simplement avant de reporter mon attention sur  la bière qui venait d’arriver devant moi, je laissais le silence retomber un moment. Non pas que je ne voulais pas lui parler, simplement il y avait quelque chose de presque amusant à la laisser accuser cette nouvelle. Elle ne me connaissait pas, j’avais fait l’effort de me présenter à ce jour comme n’importe quel autre être humain. Pas d’arme, pas de menace, juste un homme normale dans un bar.

« Vous faites ça depuis longtemps ? », demandais-je en prenant une gorgée de bière. Une discussion normal pour confirmer un doute ou au contraire me détromper, mais tout les hommes aussi innocents puissent-ils être, avaient nécessairement un problème pour vouloir pratiquer la magie. Il n’y avait rien de plus sombre et destructeur que la magie. Ils ne savaient pas dans quelle merde ils se lançaient tous. Je n’étais pas le plus violent des hommes, mais je n’avais aucune patience envers eux. Les Occultistes n’étaient pas des créatures qu’on pouvaient laisser vivre. Était-elle de ces créatures que je devrais traquer et tuer ? Sans nul doute avait-elle des amis, mais malheureusement, si elle se trouvait être coupable, elle ne pourrait pas demeurer vivante, tout aussi innocente pouvait-elle être.    

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Calixte O'Castle
Date d'inscription : 01/11/2018
Messages : 40
Posté le Sam 17 Nov - 15:01
This kind of magic
L'après-spectacle est toujours un moment un peu compliqué à vivre pour un artiste. Il est encore dans sa bulle, et difficile pour lui de vraiment atterrir. Tout le stress fuit, mais la chaleur et l'adrénaline des dernières heures est là. Il ressasse sans cesse les gestes qu'il a pu faire, les mots qu'il a pu dire en tentant de savoir ce qui a plu ou non. Calixte est encore dans cette phase quand elle commande un verre. Le barman la regarde, perplexe mais finit par se plier à ses volontés. Le client est roi, du moment qu'il ne trouble pas l'ordre public. La brune l'observe ouvrir une bouteille d'une main experte et il la sert, sans oublier la petite assiette dans laquelle il met des anchois, des cacahuètes et quelques olives. La jeune femme sourit et pose un billet sur la table en remerciant cet homme, avant qu'un autre ne lui lance visiblement un commentaire. Il fallu quelques secondes à la jeune femme pour réaliser de quoi il parlait. « Je sais, merci. » lâcha-t-elle, sourire aux lèvres, trop peu habituée aux commentaires de potentiels spectateurs. Généralement, quand on lui sort ça, c'est pour ensuite la draguer. Puis vient une nouvelle question et elle soupçonne cet homme d'être dans cette catégorie. Alors, elle tourne pour la première fois la tête pour voir à qui elle a à faire. Un homme avec un certain charme, qui commande une bière. Des cheveux assez bien coiffé, un regard qui interpelle, une allure un peu stricte et pourtant, elle sait à quel point une apparence peut tromper. Elle hausse un sourcil, puis plonge la main dans son assiette pour venir attraper quelques cacahuètes qu'elle grignote ensuite, affamée de ne pas avoir dîner avant le show.  « Depuis que je sais bouger les doigts, j'imagine. C'est pas si compliqué, il suffit d'un peu d'entraînement. » lance-t-elle avant de hausser les épaules. Elle reste vague, fidèle à l'enseignement que lui a transmis son père.  « N'espérez pas que je vous révèle mes secrets. Comment vous vous appelez, d'ailleurs ? » Elle est curieuse de savoir qui est à ses côtés. S'ils en viennent à avoir une longue discussion, elle préfère savoir, même si le vin va vite l'enivrer et le lui faire oublier. Elle tentera de s'en souvenir et de ne pas finir trop saoule. Ce serait dommage d'inquiéter Mack en rentrant en plein milieu de la nuit. S'il la voit bourrée aux bras d'un homme qu'il ne connait pas, il va certainement s'inquiéter. Il s'imaginera mille et un scénarios et ne pourra pas fermer l’œil de la nuit avant de savoir ce qu'on a bien pu faire à son petit poussin. Elle sera incapable de lui répondre, comme toujours, et s'endormira sans scrupule en le laissant se torturer les méninges toute la nuit. Qui sait s'il n'est pas capable de s'en prendre à cet homme mystère, l'empêchant de repartir et l'emmenant au poste de force. Non, ce scénario n'est définitivement pas envisageable, Calixte restera sobre, elle s'en fait la promesse et espère bien la tenir, pour une fois.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Jessie E. Hassan
Date d'inscription : 26/07/2018
Messages : 49
Posté le Lun 19 Nov - 12:16
Petit problème d’égo mademoiselle ? De toute évidence elle se pensait naturellement au dessus des autres, ça ne penchait pas en sa faveur, mais il n’était pas question de faire le moindre meurtre sans être sûr de moi. Pas envie d’avoir encore des rapports à faire pour une humaine faisant des passe passe un peu trop convainquant. Récupérant donc ma bière, je lui posais une autre question à la quelle elle répondit quelque chose d’encore trop vague pour que je ne prenne une décision. Mais ça ne penchait pas en sa faveur, même si la magie semblait un peu lente à arrivé chez les Occultistes d’après nos informations. Et si elle était âgée, sans doute avait-elle toute les raisons du monde de penser qu’elle savait user de la magie depuis sa naissance. Après tout l’éternité n’était plus aussi quantifiable qu’une vie mortelle non ? Quelque chose clochait chez cette femme et j’avais raison de me pencher sur son cas. Je ne pouvais pas la laisser agir ainsi éternellement. Buvant une gorgée pour garder tout le détachement du monde.

Souriant faussement à sa petite tentative d’humour, je replongeais mon regard sur elle, restant le plus détacher possible, « Jayden. », répondis-je dans un premier temps, ne cherchant pas à mentir, pas quand il y avait toujours ce risque que l’on puisse me retrouver au commissariat. De toute façon si elle était un danger, je le saurais très vite. « Et rassurez-vous, je sais très bien qu’il ne faut pas demander ses secrets à un magicien. », même si ici, il pouvait-être question de magie pure et brute. Et dans ses conditions ça pouvait-être très compliqué de révéler quoi que ce soit. « Et vous Calixte c’est ça ? C’est ancien comme prénom, c’est de quelle origine ? », enquêter était toujours un peu compliqué dans ces cas. Il fallait trouver la bonne façon de récupérer les informations. L’exposer à de l’acier aurait put-être utile aussi et plus simple, mais la vie n’étant pas un long fleuve tranquille, il fallait que je biaise pour trouver les informations. Je n’étais pas du genre à faire de dommage collatéraux, vraiment pas et elle devait me confirmer elle-même qui elle était. « Vous avez apprise seule ou d’autres personnes dans votre famille font aussi des tours ? », questionner, je devais rester un peu trop formel, mais c’était une façon bien plus simple d’obtenir des informations. Si jamais je venais à la draguer cela serait plus compliqué de justifier la suite non ? Et puis je n’avais jamais été très bon à ce jeux là, sans doute car je n’étais tombé amoureux qu’une fois et que l’ensemble de ma vie avait été construite sur l’idée de ne jamais rien ressentir.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Calixte O'Castle
Date d'inscription : 01/11/2018
Messages : 40
Posté le Jeu 10 Jan - 20:22
This kind of magic
Le fait qu’il connaisse son prénom n’était pas une surprise. Elle avait été présentée avant le spectacle, alors inutile de mentir. Remarque, elle aurait pu utiliser un nom de scène, mais à quoi bon ? Son prénom semait déjà assez le trouble comme ça. « Oui, ça vient du grec. Ça veut dire « le plus beau ». » Elle se met à rire et hausse les épaules, amusée. « Allez savoir ce que mes parents ont imaginé pour appeler leur fille comme ça. » Même si elle était consciente de ses atouts, ce n’était pas au point d’en devenir narcissique. Parfois, elle aurait voulu changer de prénom, mais ça aurait probablement vexé son père, s’il le savait. Et puis, pour lui faire plaisir, on lui disait souvent que c’était joli. Du moment qu’on ne s’en prenait pas à son père, elle pouvait supporter les pires compliments du monde. « Votre prénom, en revanche, est plutôt commun. » Cette fois, c’est de son verre qu’elle s’empare tout en observant cet homme. Elle faillit d’ailleurs recracher tout ce qu’elle avait dans sa bouche à sa question. Au lieu de ça, elle avala de travers, et se mit à tousser de manière pitoyable. Visiblement, cet homme était un amateur de magie, malgré ce qu’il aurait pu faire croire. Il était l’un des rares à ne pas directement parler de son père. Le nombre de fois où elle a entendu quelqu’un lui demander pourquoi le grand magicien avait troqué sa place avec une apprentie était horripilant, vexant même. Elle reprit son souffle et ses esprits avant de secouer la tête. Ce sujet la rendait particulièrement nerveuse, bien qu’elle soit fière d’avoir eu le meilleur mentor possible. « Désolée, je crois que c’est la question la plus étrange que je n’ai jamais entendue. » Elle lui lance un sourire triste, boit encore un peu avant de véritablement se lancer. « C’est mon père qui m’a tout appris. Pour moi, il est le meilleur dans ce domaine. Le coup du feu, c’était son idée. » Il n’avait jamais réussi à le mettre en œuvre, alors, elle s’en était chargé pour lui. Ça lui avait pris bien des années pour y arriver et perfectionner le tour. Son père n’avait jamais réussi, et il n’avait pas non plus voulu savoir comment elle y était parvenue. C’était son secret à elle, celui qui lui valait aujourd’hui bien des problèmes. « Je trouve que vous posez beaucoup de question, Jessie, alors laissez-moi vous demander en retour : que faites-vous dans la vie ? »Haussant un sourcil, elle imaginait déjà tous les métiers qu’il aurait pu exercer. Avec sa tchatche naturelle, il pouvait aussi bien être un reporter qu’un beau serveur. Mieux encore, l’infirmier à qui on rêverait de confier ses blessures.

Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Jessie E. Hassan
Date d'inscription : 26/07/2018
Messages : 49
Posté le Ven 11 Jan - 14:29
Ses réponses ne m’aidaient pas vraiment à tirer le vrai du faux. Beaucoup de parents trouvaient ça cool de donner des prénom anciens à leurs enfants, je ne pouvais donc rien en tirer sans plus d’information. C’était les pires enquêtes que j’avais à mener, celle ou l’humain cherchait l’irréelle et qu’il se heurtait à un étrange vérité. Elle qui était peut-être innocente pouvait-être aussi une créature que mes parents jugeaient dangereuse. Me présentant pour ne pas laisser cette discussion aller à sens unique, elle me rétorqua que si son prénom n’était pas commun le mien l’était complètement. C’était commun, mais atypique pour un homme, mais inutile de le souligner. Riant donc pour donner le change, je continuais à me poser des questions à son sujet, comme comment elle avait pu apprendre la magie et cette interrogation la prise de cours. Elle était étrange, clairement, mais c’était un moyen de savoir. Dès que je l’eus interroger à ce sujet, je la sentis plus nerveuse, ses émotions se précipitant pour se choquer sur moi. Il y avait quelque chose, mais cela pouvait-être aussi bien un mauvais souvenir familiale qu’une véritable révélation. Elle pouvait être mortel en étant aussi paniqué. C’était donc son père qui lui avait tout apprit, notamment un de ses numéros que j’avais vu avec du feu. Son père, sa famille semblait tout de même forte présente… Je ne pouvais pas la considérer comme étant parfaitement innocente, mais je n’allais pas la condamner d’office. « C’est un beau cadeau qu’il vous a fait là. », soufflais-je avant que ce ne soit à mon tour d’être questionné.

J’avais beau avoir 29 ans, j’en paraissais dix de moins, à peine en âge de venir ici sans doute. « Étudiant en psychologie… Je dois sans doute avoir quelques réflexes tenace. », bien qu’en vérité, je ne pratique rien encore pour le moment. « Mais j’ai pas de super note, alors vous n’aurez pas de psychanalyse gratuite. », j’étais un chasseur, un traqueur, pas un médecin capable de l’aider, même si je l’aurais sincèrement voulu. Aider les autres, réellement leurs porter secours, et pas uniquement les aider dans l’ombre. Ce n’était qu’une façade, comme aujourd’hui, car aussi sociable étais-je, si j’étais là ce soir, c’était pour savoir si oui ou non j’allais devoir la tuer pour protéger l’humanité. C’était cruel, très clairement, mais pouvait-on me le reprocher ? J’en doutais sérieusement. C’était un ordre, je devais le suivre, le négocier ou aller contre serait sans aucun doute une occasion de me faire remettre à nouveau à ma place et je n’étais pas certain de vouloir subir à nouveau les coups de mon père. Elle était une créature sans doute innocente, mais je ne la connaissais pas assez pour me permettre pareille provocation.

_________________

Posté le
The other side :: San Francisco :: Upper East SidePage 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Elizabeth - Jessie
» Magic Work - Les bizarr'Sisters
» Jessie Sanders (Gryffondor)
» Vous avez lu l'histoire de Jessie James? - Clyde's links
» Magic ball ^^
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum